You are currently viewing Histoire des bijoux

Histoire des bijoux

Les bijoux ont une histoire.

Quelle que soit leur forme et leur complexité, ils parent l’humanité depuis fort longtemps. Des recherches et des fouilles ont en effet démontré que nos ancêtres se paraient déjà de bijoux. On aurait ainsi retrouvés des ornements préhistoriques, majoritairement constitué d’éléments naturels (os, griffes, dents, coquillages…). Ceux-ci étaient simplement percés, puis cousus sur des vêtements, ou assemblés autour d’un fil ou d’une cordelette.

Les bijoux ont depuis largement évolué au fil du temps, avec la découverte de nouveaux matériaux. Les métaux, les pierres gemmes taillées, le verre et le plastique furent ainsi ajouté aux os et aux coquillages. Les techniques d’artisanat se sont multipliées, et les bijoux sont devenus de plus en plus travaillés et complexes…

Revenons ensemble sur la grande histoire des bijoux, depuis la Préhistoire jusqu’à nos jours.

Les bijoux au fil de l'Histoire

A - Préhistoire : les premiers bijoux de l'histoire

L’histoire des bijoux débute dès la Préhistoire.

Les découvertes archéologiques ont en effet mis à jour de nombreux bijoux de l’époque, et on découvre encore certains artefacts aujourd’hui. On sait donc que l’être humain aime se parer de belles choses depuis bien longtemps. 

Le plus vieux bijou retrouvé à l’heure actuelle serait daté d’il y a 130 000 ans !
Retrouvées à Krapina (Croatie), les serres de rapaces ci-dessous ont été étudiées de très près. On y a observé des nombreuses marques humaines : coupes, polissage, abrasion et encoches… Ces nombreuses traces suggèrent ainsi que les serres retrouvées ont bien été travaillées pour être montées. Elles étaient donc sans doute montées en bracelet ou collier. Les serres sont depuis conservées précieusement dans un musée de Zagreb (Croatie).

Source : Sciences et Avenir

Bijou préhistorique - Serres d'aigles (Krapina, Croatie)
Les huit serres d’aigles néandertaliennes retrouvées à Krapina auraient donc composé le plus vieux bijou de l’Histoire (130 000 ans)

Mais de nombreux autres bijoux travaillés ont été retrouvés au fil du temps. On citera pour exemple les anneaux et pendentifs qui ont été retrouvés sur le site de Denisova, en Sibérie. Ces bijoux « primaires », en os et ivoire de Mammouth, auraient été conçus il y a 40 000 à 45 000 ans.

Source : Nature

Image : Artefacts retrouvés sur le site de Denisova :
(a) bagues
(b) pendentifs
(c) aiguille

B - l'Antiquité : un véritable essor pour la bijouterie

Notre histoire des bijoux se poursuit tout au long de l’Antiquité. Cette période de l’Histoire voit en effet naître un véritable développement en matière de techniques d’artisanat. On maîtrise le travail des métaux et principalement de l’or, que l’on intègre à merveille aux bijoux. Les techniques d’orfèvrerie se développent et des bijoux de très grande qualité sont ainsi créés.

B/1 - Bijoux de l'Égypte Antique

Les bijoux de l’Égypte antique étaient portés par les hommes et les femmes. Ils les portraient d’ailleurs aussi bien de leur vivant qu’après leur mort. De nombreux bijoux de l’époque furent ainsi retrouvés dans des tombes égyptiennes.

L’or est très utilisé, car considéré comme impérissable et constituant la chair des Dieux. Il a donc une importance et une symbolique toute particulière aux yeux des égyptiens.
Source : La valeur de l’Or dans la pensée égyptienne. F.DAUMAS, 1955

Les bijoux sont par ailleurs très colorés, grâce à l’utilisation de pierres gemmes (ex : lapis lazuli, turquoise, cornaline…). On utilise aussi du verre coloré et de l’émail*.

* Émail : pâte composée d’un mélange de différents minéraux, qui se vitrifie lors de la cuisson. L’ajout au mélange d’oxydes métalliques  permet de colorer l’émail. L’émaillage peut être réalisé sur différents supports tels que la céramique ou les métaux (or, argent, cuivre…)

Les bijoux de l’Egypte antique étaient par ailleurs souvent riches en symboles et iconographie. La croix d’Ankh représentait ainsi la vie, et l’œil d’Horus était symbole de protection, de santé et de rétablissement. Le scarabée était quant à lui un symbole d’immortalité et de résurrection, très utilisé dans l’art funéraire.

Bijoux de l’Égypte antique - Pectoral trouvé dans la tombe de Toutankhamon
Pectoral en or, argent et pierres gemmes, retrouvé dans la tombe de Toutankhamon (1350 av J-C - exposé au Caire)
Bijoux de l’Égypte antique - Bracelets en or représentant un enfant dieu
Bracelets en or, autrefois incrusté de lapis-lazuli. Décorations géométriques et représentation d'un enfant Dieu (940 av J-C) | Source : British Museum
Bijoux de l’Égypte antique - Collier en or et perles
Collier en or et perles de jaspe rouge, cornaline, verre vert et émail coloré (1330 av J-C) | Source : British Museum

B/2 - Bijoux de la Grèce Antique

Les bijoux les plus connus de la Grèce antique nous proviennent de la période « Hellénistique ». Cette période, dont le nom est issu du grec ancien Ἑλληνιστής (Hellēnistḗs, « celui qui utilise la langue grecque »), et de Ἑλλάς (Hellás, « Grèce »), a effectivement vu naître des bijoux particulièrement somptueux. La virtuosité des orfèvres et leur maîtrise du métal leur a ainsi permis la fabrication de pièces particulièrement détaillées.

La tradition de l’échange de bagues comme gage d’amour nous viendrait par ailleurs de la Grèce antique. Une tradition encore d’actualité sous la forme d’échange d’alliances lors du mariage !

Quelques exemples remarquables de bijoux de la Grèce Antique
Bijoux de la Grèce antique - Couronne de feuille en or
Couronne de feuilles de chêne en or, retrouvée à Vergina (emplacement de l’antique Aigai) en Macédoine (336 av J-C)
Bijoux de la Grèce antique - Détails de la couronne de feuille en or
Couronne de feuilles de chêne en or, retrouvée à Vergina (emplacement de l’antique Aigai) en Macédoine (336 av J-C) - Détails
Bijoux de la Grèce antique - brassards
Imposants brassards en or représentant deux tritons (200 av JC) | Source : MET museum
Bijoux de la Grèce antique - boucles d'oreilles
Boucles d’oreilles en or (fin du 4ème siècle av J-C) | Source : Albion Art Institute
Boucles en or, décorées de têtes de femme portant une couronne de lierre. Les yeux étaient auparavant incrustés d’émail bleu (300-200 av JC - Retrouvé en Crète, Grèce) | Source : British Museum
Boucles en or, décorées de têtes de femme portant une couronne de lierre. Les yeux étaient auparavant incrustés d’émail bleu (300-200 av JC - Retrouvé en Crète, Grèce) | Source : British Museum
Bijoux de la Grèce antique - Collier
Collier en or et émail. Chaine de style « Loop-in-loop » et pendentifs en forme de graine. (330-300 av JC - Retrouvé à Melos, Grèce) | Source : British Museum

B/3 - Bijoux de la Rome Antique

Largement inspirées des bijoux Étrusques*, les techniques de joaillerie de la Rome antique furent aussi grandement influencées par celles d’autres civilisations. En effet, de nombreuses techniques aux origines diverses (grecques, orientales, égyptiennes, celtes…) se sont côtoyées au fil des conquêtes et de l’expansion de l’empire Romain.

Les Romains faisaient grand usage des pierres de couleur dans leurs bijoux. On y retrouve ainsi des pièces très colorées, notamment à base de rubis, de grenat, de saphir, de topaze ou de perles.

Le motif de serpent, emprunté aux modèles hellénistiques, était par ailleurs souvent utilisé pour les bracelets, bagues, brassard et boucles d’oreilles. Les caméeset les pierres gravées étaient elles aussi particulièrement appréciées, car la complexité de la technique était symbole de luxe. Ils étaient mis en valeur sur de nombreux supports (bague, pendentif, broche…)

On notera enfin l’existence de bijoux fabriqués à partir de pièces d’or. Les monnaies en or aux portraits d’empereurs pouvaient ainsi être utilisées en tant qu’ornement de bague ou en tant que pendentif.

* Etrusques : peuple ayant vécu dans le centre de la péninsule italienne dès la fin de l’âge du bronze. Les Romains ont hérité une part importante de leur culture.

* Camée :  Gravure ciselée en relief sur un coquillage ou une pierre naturelle à strates de couleurs contrastées.

A l’inverse du camée, l’intaille consiste en une gravure en creux des gemmes
(exemples ci-dessous)

Quelques bijoux de la Rome antique
Bijoux de la Rome antique - bracelet serpent
Bracelet en or, en forme de serpent (1er siècle après JC – découvert à Pompei, Italie) | Source : British Museum
Bijoux de la Rome antique - bague utilisant une pièce d'or
Bague en or ciselée, contenant une pièce (aureus) à l’effigie de l’empereur Septimius Severus (3ème siècle – Pièce romaine de 193-211 après JC) | Source : British Museum
Bijoux de la Rome antique - boucles d'oreilles colorées
Boucles d’oreilles en or, saphir en forme de coeur et grenat ovale (2e-3e siècle) | Source : British Museum
Bijoux de la Rome antique - collier or et pierres gemmes
Collier en or et pierres gemmes, en forme de papillon (1er-2eme siècle – Retrouvé à Rome, Italie) | Source : British Museum
Bijoux de la Rome antique - camée
Camée romain entouré d'or (1er siècle)
Bijoux de la Rome antique - broche gravée
Broche en or, décorée d’une pierre de Sard (cornaline sombre) gravée (1er – 3ème siècle – retrouvé à la Villa Borghese, Italie) | Source : British Museum

C - Période Médiévale

C/1 - Influence du christianisme et du système féodal

Notre découverte de l’Histoire des bijoux se poursuit ensuite au sein de la période médiévale. Cette époque, aussi appelée « Moyen-âge », est une période particulièrement longue de l’histoire de l’Europe. S’étalant sur mille ans, elle débuta au déclin de l’Empire romain au 5ème siècle, pour ensuite laisser place à la Renaissance au 15ème siècle. Cette période fut marquée par une grande expansion du Christianisme, qui devient un élément central des sociétés médiévales. On retrouve donc dans de nombreux royaumes des bijoux aux motifs religieux, des bijoux en forme de croix ou des représentations du Christ. 

Le développement de la féodalité et de la religion chrétienne transforme la société, qui se découpe autour de trois ordres : Noblesse (prince, seigneurs, chevaliers), Clergé et Travailleurs (paysans, serfs…). Une très large majorité de la population de l’époque (90%) est ainsi composée de paysans assujettis à des nobles. 

Les bijoux étaient ainsi principalement portés par une petite partie de la population, à savoir les nobles et le clergé. La bijouterie et la joaillerie furent d’ailleurs reléguées au rang d’art mineur et décoratif, voir même de simple artisanat.

La première partie du « Moyen-âge » (appelée « Haut moyen-âge ») offre la plus grande variété de bijoux, car chaque peuple et région possède encore ses particularités de style. Mais de nombreux facteurs (expansion du christianisme et du système féodal, mode…) amènent finalement à une certaine homogénéité en matière de techniques et de bijoux au sein de l’Europe.

Bijoux médiéval - pendentif religieux en forme de losange
Pendentif en or en forme de losange, représentant la vierge et l’enfant (14ème siècle – Angleterre) | Source : British Museum
Bijoux médiéval - pendentif religieux, reliquaire
Pendentif reliquaire en or, représentant sur une face un évêque tenant une croix, sur l’autre face St Jean Baptiste (15ème siècle – Angleterre) | Source : British Museum
Bijoux médiéval - pendentif en forme de croix incrusté d'une pièce d'or
AVANT - Pendentif en or en forme de croix, incrusté de grenat. Au centre, une pièce d’or (7ème siècle – retrouvé à Wilton, Angleterre) | Source : British Museum
Bijoux médiéval - pendentif en forme de croix incrusté d'une pièce d'or
ARRIÈRE - Pendentif en or en forme de croix, incrusté de grenat. Au centre, une pièce d’or (7ème siècle – retrouvé à Wilton, Angleterre) | Source : British Museum

C/2 - Valeur identitaire et utilitaire des bijoux de l'époque médiévale

Les bijoux de l’époque pouvaient aussi bien être des objets utilitaires comme les broches, fibules et boucles de ceintures, que des objets à fonction décorative et identitaire (pendentifs, colliers …). Les bagues étaient notamment prisées pour leur grande valeur utilitaire (une chevalière pouvait servir à apposer son sceau sur des documents), religieuse ou symbolique.

Quelques exemples de Bagues & Chevalières de l'époque Médiévale
AVANT - Bague en fil d’argent (fin 5ème – début 7ème siècle – retrouvé à Buckland, Angleterre) | Source : British Museum
AVANT - Bague en fil d’argent (fin 5ème – début 7ème siècle – retrouvé à Buckland, Angleterre) | Source : British Museum
Bijou médiéval - bague en fil d'argent
ARRIERE- Bague en fil d’argent (fin 5ème – début 7ème siècle – retrouvé à Buckland, Angleterre) | Source : British Museum
Bijou médiéval - bague représentant le christ
Bague en or gravée d’une figure du Christ. (6ème -7ème siècle – Retrouvé à Agrigento, Italie) | Source : British Museum
Bijou médiéval - bague chevalière avec armoiries
Chevalière en or et rubis, gravée des armoiries de « de Grailly » (fin 14ème siècle – France) | Source : British Museum
Bijou médiéval - bague chevalière gravée d'un lion
Chevalière en or gravée d’un lion et d’une devise (fin 15ème siècle – Angleterre) | Source : British Museum
Broches & Fibules du Moyen-âge
Bijou médiéval - broche annulaire
Broche « annulaire » en or, avec inscriptions (15ème siècle – Fabriqué en Angleterre) | Source : British Museum
Bijou médiéval - broche annulaire avec pierres gemmes
Broche « annulaire » en or, incrustée de pierres gemmes (rubis, saphir) (13ème siècle – Fabrication : France ou Angleterre) | Source : British Museum
Bijou médiéval - broche disque
Broche « disque » en argent (13ème siècle – Angleterre) | Source : British Museum
Bijou médiéval - broche penannulaire viking
Broche "penannulaire" en argent (9ème-10ème siècle – Retrouvé à Waterford, Irlande) | Source : British Museum

C/3 - Les ordonnances somptuaires

À la fin du 13ème siècle, la joaillerie devient néanmoins l’apanage des Nobles et des Aristocrates.

A cette époque, de nombreuses lois et ordonnances « somptuaires » interdisent en effet au peuple (simples bourgeois, entre autre) le port de bijoux trop ostentatoires (grande quantité d’or ou d’argent, pierres précieuses, perles etc…). Pour exemple, une ordonnance de 1294, stipulant en autre que les femmes de simples bourgeois ne porteraient ni bijoux en pierres précieuses, ni de couronnes en or ou en argent.

Extrait de l’ordonnance somptuaire de Philippe le Bel, de 1294
Extrait de l’ordonnance somptuaire de Philippe le Bel, de 1294 (Extrait du Livre « Cours d’histoire Moderne » de François Pierre Guillaume GUIZOT, 1843)

Pour les plus curieux (et les plus téméraires !) une version plus complète de cette ordonnance somptuaire de 1294 est disponible depuis le lien ci-dessous.

Voir l’ordonnance somptuaire de 1294 
(Texte en vieux français)

D - Bijoux de l'Époque Moderne : 16ème - 18ème siècle

Cette période est marquée par un développement dans le domaine des Sciences et des Arts à travers l’Europe. Débutée en Italie et appelée « Renaissance », elle est rapidement introduite en France et dans les autres royaumes d’Europe.

Les pendentifs deviennent les bijoux les plus prisés, remplaçant ainsi la domination des broches de la période médiévale. Les bagues restent à la mode, mais sont souvent très ornementées et ornés de pierres. Les camées de l’époque romaine redeviennent populaires. On trouve aussi beaucoup de motifs d’arabesques, de fleurs, de fruits et de feuillages. Les bijoux et les thèmes de la Grèce et de la Rome antique deviennent une grande source d’inspiration, mais les pièces aux motifs religieux restent très à la mode.

Par ailleurs, les bijoux ornés de pierres sont particulièrement prisés (comme en témoigne de nombreux tableaux de l’époque), notamment grâce à l’afflux de pierres gemme en Europe pendant cette période. On en retrouve partout sur les corsages et les robes de la noblesse Européenne. L’or, les perles et les pierres gemmes sont incrustées dans tout ce qui peut l’être !

C’est aussi au 18ème siècle que l’on inventera le « strass », du verre au plomb très brillant. Le strass permet ainsi l’ouverture du marché du bijou à des clients un peu moins fortunés.

Exemples de bijoux Renaissance & Époque moderne
Bijou Renaissance & Epoque moderne -pendentif annonciation
Pendentif reliquaire en or et pierres précieuses, représentant la scène de l’Annonciation (17ème siècle – pièce espagnole) | Source : MET Museum
Bijou Renaissance & Epoque moderne -pendentif camée
Camée représentant le portrait d’une femme de la Renaissance (16ème - 17ème siècle, Italie) | Source : British Museum
Bijou Renaissance & Epoque moderne - ornement de chapeau
Aigrette (ornement de chapeau) en or et pierres gemmes (1600-1650 – origine Allemagne ou Pays bas) | Source : British Museum
Bijou Renaissance & Epoque moderne -bague
Bague en or et pierres gemmes (1525-1575 – France) | Source : British Museum
Bijou Renaissance & Epoque moderne -pendentif portrait homme
AVANT - Pendentif en or, émail, perles et pierres gemmes, représentant le portrait d’un homme et de son épouse (1603-1627 – Allemagne) | Source : British Museum
Bijou Renaissance & Epoque moderne -pendentif portrait femme
ARRIÈRE - Pendentif en or, émail, perles et pierres gemmes, représentant le portrait d’un homme et de son épouse (1603-1627 – Allemagne) | Source : British Museum

E - Du 19ème siècle à aujourd'hui : l'histoire des bijoux continue à s'écrire

E/1 - Révolution industrielle : ouverture progressive du marché des bijoux

La révolution industrielle aura un rôle prédominant dans l’histoire des bijoux. Elle participe en effet largement à démonter le rôle des bijoux en tant que symbole du rang social.

Les machines commencent à être utilisées pour la fabrication de nombreux composants de bijoux, on invente la dorure électrique, et la production de pierres d’imitation augmente autant en qualité qu’en quantité. Le marché du bijou s’ouvre donc aux « classes moyennes » grâce à la production de bijoux aux prix plus abordables.

La capacité technique des orfèvres reste néanmoins de très haut niveau. On observe d’ailleurs à cette époque l’apparition de certaines grandes maison de joailleries telles que Cartier (France), Tiffany&Co (Etats-Unis) ou encore Bvlgari (Italie). Ces grandes entreprises capitalisent sur le savoir-faire des bijoutiers et produisent des bijoux de haute qualité, adaptés aux exigences traditionnelles de la classe bourgeoise prospère.

Parmi les différents styles de cette époque, on verra par exemple l’apparition et l’essor du style « Art Nouveau », qui met en avant la figure féminine et la nature (faune et flore).

Devant de corsage en forme de Paon (1898-1900 – René Lalique, France)
Bijou Art Nouveau - Peigne Sigales, Gaston Chopard
Peigne Art nouveau « Cigales » (1902-1903 – Gaston Chopard)
Bijou Art Nouveau - Peigne Muguet, René Lalique
Peigne « Muguet » en corne, or et émail (1900 – René Lalique)
Pendentif « Poésie » (environ 1900 – Maison Vever, selon un dessin de Eugène Grasset)
Pendentif « Deux coqs » (1901-1902 – René Lalique)
Bijou Art Nouveau - Broche Femme libellule, René Lalique
« Femme libellule » Ornement de corsage (1903 – René Lalique)

E/2 - Influence des 2 Guerres Mondiales : démocratisation et naissance de la bijouterie "fantaisie"

La Première Guerre Mondiale (1914-1918) fut un facteur déterminant dans l’histoire des bijoux. L’or et les artisans bijoutiers furent en effet mobilisés pour l’effort de guerre. Des matières moins précieuses (fer, cuivre, aluminium…) furent donc utilisées dans la fabrication des bijoux. Nul doute que la Deuxième Guerre Mondiale (1939-1945) eu un effet semblable sur le secteur de la bijouterie. 

La démocratisation du bijou qui avait débuté avec la révolution industrielle s’est donc poursuivie et amplifiée. Avec l’évolution des technologies, des machines de plus en plus complexes et performantes ont en effet permis la production de bijoux en masse. Couplée à l’utilisation de métaux moins nobles et de matériaux récents tel que le plastique, cette large industrialisation a finalement donné naissance à la bijouterie « fantaisie ».

L’histoire des bijoux continue donc à s’écrire, encore aujourd’hui. 

Le bijou est devenu un objet de mode assez commun, largement intégré à nos gardes-robes du quotidien. Le marché de la bijouterie est vaste et les acteurs qui s’y côtoient sont nombreux. Les grandes maisons de la joaillerie, les petits artisans créateurs et les grosses industries du bijou fantaisie se partagent donc le secteur de la bijouterie. 

Les bijoux MYSTYOS - inspirés du passé pour embellir l'avenir

Les bijoux Mystyos s’intègrent eux aussi, à leur échelle, dans la grande Histoire des bijoux.

Je conçois chacun de mes pièces grâce à des techniques aux origines historique. J’emploie ainsi principalement la technique du « Wire wrapping » (aussi appelé « Wire weaving ») et celle du « Viking knit » . Le Wire wrapping est une très ancienne technique d’artisanat, déjà utilisée à l’époque de l’Égypte et de la Rome antique, permet de concevoir des pièces complexes sans moule, colle ou soudure. Cette technique est entièrement manuelle et artisanale, et les bijoux ainsi conçus ne sont pas imitable par l’industrie.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la Technique du Wire wrapping, un article est entièrement dédié au sujet.

La boutique MYSTYOS propose ainsi principalement des colliers, bagues, bracelets et boucles d’oreilles. Il m’arrive néanmoins de créer des pièces plus particulières telles que des broches, des fibules ou encore des peignes décoratifs. Ces bijoux peuvent par ailleurs être inspirés d’artefacts historiques, sur lesquels je m’appuie pour concevoir mes propre pièces.

Je travaille aussi sur mesure pour concevoir les bijoux de vos rêves. Si vous souhaitez une création particulière inspirée d’une pièce historique, ou qui corresponde simplement à votre tenue favorite ou à vos envies, n’hésitez pas à me contacter ! Nous étudierons ensemble la faisabilité de votre projet, et je mettrai en œuvre tout mon savoir-faire pour répondre à votre demande.

Sur-mesure & fait avec amour

Pour en savoir plus sur le fonctionnement du sur-mesure et des créations personnalisées

Discutons de votre projet

Vous voulez un bijou spécifique, créé spécialement pour vous ? Discutons ensemble de votre projet !